Filtre UV, cela sert-il a quelque chose ?

1. La protection mécanique

Qui ne se retrouve jamais dans un endroit potentiellement agressif pour nos chères objectifs ? La plage ou un bord de mer légèrement venteux, des gorges, la montagne, le désert,… Certes, on peut certes faire attention, et les accidents sont rares. Mais, par essence, un accident est souvent imprévisible. De plus, encore faut-il se promener avec tout son matériel à disposition et penser à l’utiliser avant toute situation potentiellement dangereuse. Le moyen, le plus pratique et le plus léger, reste encore d’avoir le filtre monté sur l’objectif en permanence et l’enlever s’il l’on est certain qu’il n’y a aucun risque.

Ça, c’était pour la théorie ! Un peu de retour sur mon expérience personnelle… Cela fait presque trente ans que j’utilise des reflex et que systématiquement je mets un filtre UV (ou skylight pour de l’argentique N&B) et je n’ai jamais eu la moindre casse d’un filtre. En revanche, à mes débuts, j’ai du rayer une fois le filtre en voulant le nettoyer. Depuis, j’utilise une petite brosse pour dépoussiérer le verre avant le nettoyage/dégraissage au papier optique ou à la microfibre, et plus aucune rayure du verre.

Mais il n’en va pas du revêtement de surface (le « multi-coating ») comme du verre. Il faut dire que je suis assez exigeant et maniaque et j’ai tendance à nettoyer plus qu’il n’est nécessaire. J’ai pu constater que les revêtements étaient plus ou moins fragiles. J’ai vu le revêtement de certains filtres assez bon marchés littéralement « s’effacer » sous une pression normale exercée lors d’un nettoyage avec un chiffon. On constate cela facilement en regardant le filtre sous un éclairage direct avec un angle rasant (invisible en regardant de face). On peut parfois voir apparaître de manière trés localisée des franges colorées qui correspondent à une usure de certaines couches. On a beau essayer de nettoyer (pensant qu’il s’agit de traces grasses), rien n’y fait ! Elles restent présentes et ne font généralement qu’augmenter avec le temps. Ces défauts, certes minimes, ont assurément une incidence sur le résultat. Je n’ai jamais trouvé de tests précis mais je pense que cela doit augmenter le flare et les franges colorées. En discutant à ce sujet avec d’autres, pour éviter tout problème, certains pratiquent l’abstinence… (rires!) Ils ne mettent pas de filtre et ne nettoient jamais la lentille frontale de leurs optiques. Un petit coup de plumeau, dès que la poussière devient trop gênante et c’est tout !

Comme ces revêtements multi-couches sont les même que ceux des objectifs, je préfère pour ma part abîmer le revêtement d’un filtre que le revêtement que mon objectif. En pratique, il me semble que le revêtement des B+W est plus résistant que les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *