Pensées vagabondes… 87. Comme toi-même (ter)

Enfin, le juge tenait le cas qu’il attendait depuis longtemps.

Le jeune homme qui se tenait devant lui venait, contre toute attente, d’être déclaré coupable de meurtre par le jury. Contre toute attente car l’absence totale de preuves aurait dû conduire à l’acquittement du jeune homme, si son avocat avait été ne serait-ce que moyen. Mais le jeune homme était pauvre, sans famille et son avocat commis d’office était connu pour être un incapable…

Le juge tenait donc enfin ce coupable idéal qu’il attendait depuis deux ans, pauvre, étranger, sans famille et sans soutien dans la ville : l’occasion idéale de prononcer enfin une condamnation à la peine capitale, ce qui était indispensable pour être réélu dans deux ans !

Malgré tout, la légèreté du dossier d’accusation mettait le juge mal à l’aise : se préparait-il à envoyer un innocent à la chaise électrique ?

Durant quelques secondes, le juge pesa sa décision, mais la nécessité d’être réélu valait tous les sacrifices. Il chercha des yeux le maillet qui allait dans quelques secondes, scander la sentence et la rendre irréfutable : “Case dismissed!” Le juge avança la main pour saisir son maillet, mais une petit étincelle d’électricité statique le surpris et le maillet tomba sur le sol. Le greffier se précipita pour le ramasser et le remettre à sa place. Au moins, il est déchargé, se dit le juge. Il voulut de nouveau le saisir, mais reçut une décharge électrique encore plus forte. Les journalistes, amusés, photographièrent le maillet, qui était de nouveau tombé sur le sol. Le greffier le remit de nouveau à sa place, avec un regard interrogatif vers le juge.
« Vous hésitez, votre honneur ? » railla un journaliste.

Le juge, dont les mains tremblaient d’émotion incontrôlée, imposa d’une voix forte le silence dans la salle. Il regardait en coin ce fidèle maillet qui ne l’avait jamais trahi jusqu’à ce jour. Décidé à ne plus se laisser impressionner et à aller jusqu’au bout de ce qu’il avait décidé de
faire, il le saisit à pleine main, sans se soucier des décharges successives qui lui brûlaient la paume. Il prit une inspiration pour assurer sa voix et s’écroula : son coeur n’avait pas résisté.

C’est Saint Pierre qui l’accueillit à son arrivée pour son jugement :
« Mais que faites-vous ici ?!!!
Et ne me dites pas que nous ne vous avions pas prévenus ! »

 

Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *