Filtre UV, cela sert-il a quelque chose ?

4. Conclusion

Bien évidemment, tous les tests réalisés sont valables seulement dans le cadre décrit ci-dessus. De nombreux paramètres ou des conditions spécifiques de prises de vue pourraient peut-être remettre en cause tout ou partie de ces résultats. Toutefois, ils ont permis de casser ou, a contrario, de renforcer un certain nombre de préjugés. Généralement, lorsque l’on a eu « un problème avec un filtre UV », on en change rapidement, on fait quelques photos à la va-vite (qui n’ont souvent plus rien a voir avec le contexte initial), et on en tire des conclusions hâtives. J’ai donc voulu tester un petit « panel » de filtres, dans des conditions strictement similaires: exposition (toutes une série de photo, 1 par filtre, s’effectuait en moins de 2 minutes, appareil sur pied, déclenchement au retardateur, map manuelle), appareil (Kx) et objectifs (15, 35 et 50). J’ai pris plusieurs optiques, pour détecter le cas où il y ait potentiellement une « interaction optique » pour un objectif qui ne serait pas généralisable. Et, finalement, je me suis retrouvé un peu dans ce cas avec le 15mm Ltd, où, contrairement à ce que l’on pourrait supposer, celui-ci tire un grand bénéfice du filtre UV.

Voici donc un résumé des notes obtenues:

Total Fabrication Ergonomie
Total Colorimétrie Total Qualité du flare Total Qualité du piqué Total Général
BW MRC F-Pro Slim 8/12 6/9 10/15 10/15 35/51
BW MRC F-Pro 11/12 9/9 11/15 11/15 42/51
Hoya UV(0) Std 10/12 8/9 8/15 7/15 33/51
Hoya UV(0) Super-SMC 10/12 5/9 10/15 9/15 34/51
Hama HTMC-HR 9/12 8/9 12/15 10/15 39/51
Hoya UV(0) Super Pro1 10/12 6/9 12/15 11/15 39/51

 

On peut en déduire quelques conclusions générales qui mettent à mal les préjugés suivants:

  • Tous les filtres UV sont identiques…
    • Ce petit comparatif m’a prouvé le contraire.
  • Un filtre UV ne sert à rien et ne fait office que de protection mécanique inutile …
    • Malgré le traitement multi-couches des optiques modernes, il arrive parfois que l’effet du filtre UV ait un effet positif (intéressant surtout pour un grand-angle et/ou en montagne).
    • Dans ce cas, le filtre UV aura la préférence sur un simple filtre protecteur pour une simple protection mécanique.
  • Un filtre UV « trouble » l’électronique de l’appareil …
    • Un bon filtre UV ne provoque pas de modification du fonctionnement des automatismes de l’appareil. (aucun cas rencontré en pratique)
  • Un filtre UV provoque du vignettage, surtout sur les grands angles…
    • Une monture standard ne provoque aucun vignettage jusqu’à 15mm (pour les focales fixes Pentax, au moins).
    • Si l’on utilise un GA inférieur à cette focale, il faut se tourner vers les versions slim.
  • Tous les filtres augmentent le Flare et baisse la qualité …
    • Un bon filtre UV ne provoque pas globalement de dégradation significative de la qualité optique.
    • Le flare n’est globalement pas particulièrement augmenté; dans certains cas, on peut même constater une légère diminution, sans que cela provienne d’une diminution du contraste; dans d’autres cas, on pourra constater une augmentation du flare et une diminution du contraste. Mais un bon filtre UV ne dégrade pas significativement le flare.
  • Les filtres UV modifient la colorimétrie…
    • L’impact sur la colorimétrie est généralement minime, voir négligeable.
    • Cela dépend des marques:
      • Les Hoya ont tout de même une tendance à provoquer une petite dominante jaune (un peu à la manière des objectifs Sigma d’ailleurs… Serait-ce le même traitement multi-couche ?)
      • Le Hama HTMC est particulièrement transparent.

En pratique que conclure de tous ces tests… Si, comme moi, l’on recherche une protection mécanique de la lentille frontale, il peut être intéressant d’utiliser des filtres UV sur les optiques modernes comme anciennes, plutôt que de simple filtre protecteur (sans traitement spécifique mais souvent vendus au même prix, voir plus chers). Toutefois, tous les filtres ne sont pas similaires, et après cette batterie de tests, un modèle se détache du lot, à mes yeux: le B+W MRC F-PRO. Il a tout pour lui, qualité de construction, résistance aux rayures et qualité optique. Le seul défaut, un peu lourd peut-être… En deuxième choix, je prendrais le Hoya Super Pro1, pour sa monture slim avec pas de vis des 2 côtés. Et en troisième choix, le Hama HTMC qui est loin d’avoir démérité, bien qu’il semble un peu plus fragile. Malheureusement, le Hoya est pénalisé par un prix de vente élevé, plus cher que le B+W. Donc, il n’est intéressant que si l’on a vraiment besoin d’une version « slim ». Autrement, le Hama fera trés bien l’affaire pour un prix bien plus sympa…

En tenant compte de tout ces critères et du prix, voici donc mon ordre de préférence définitif:

  1. B+W MRC F-Pro (mon choix pour toutes les focales >=15mm)
  2. Hama HTMC (pourquoi pas pour les zooms à gros diamètre ? Ils sont nettement moins chers)
  3. Hoya Super Pro1 (mon choix en « slim »)
  4. B+W MRC F-Pro Slim
  5. Hoya Super-HMC
  6. Hoya UV(0) STD

J’espère que cet article a permis d’éclairer un peu le lecteur, sur la problématique des filtres UV. En tout cas, la réalisation de ce comparatif fut trés instructive pour moi, afin « casser » certains préjugés et de valider mes choix sur des tests pratiques et relativement rigoureux, plutôt que sur quelques « baratins » de vendeurs ou de photographes, aux expériences souvent trop subjectives et conjuguées avec quelques préjugés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *