Pensées vagabondes… 39. Le tribunal royal

Le roi jugeait son peuple. Un peuple très nombreux demandait le jugement du roi, qui consacrait des jours entiers à arbitrer entre les hommes.

Le roi remarqua que la plupart des affaires qu’il réglait auraient pu être décidées dans n’importe quel tribunal et par n’importe lequel des juges du peuple. « En réglant ces conflits vous-mêmes, disaient les magistrats, vous montrez au peuple que vous n’avez pas confiance en nous, c’est pourquoi le peuple aussi se détourne de nous. Faites-nous confiance et la justice sera rendue. Votre rôle est d’édicter les lois, notre rôle est de les faire appliquer. »
Et le roi renvoya le peuple vers les tribunaux.

Mais le peuple n’alla pas dans les tribunaux et les conflits de voisinages, non réglés, dégénérèrent en violences, que les tribunaux réprimèrent avec une grande fermeté. Ainsi les tribunaux régulaient la violence, mais pas les conflits entre les hommes.

Le Démagogue aussi ouvrit un tribunal, dans lequel il siégeait inlassablement. Lorsque deux hommes se disputaient, la décision était toujours favorable au premier qui avait fait appel au Tribunal Démagogique. Malgré cela, peu nombreux était le peuple qui avait recours à lui. Alors, le Démagogue excita le peuple et certains vauriens s’attaquèrent même aux archers qui gardaient les portes. Les tribunaux condamnèrent durement les vauriens.

Et le roi voulait faire juger ces magistrats qui condamnaient les violences sans régler les conflits entre les hommes.

Mais le fou dit au roi :
« C’est vers toi que le peuple veut venir pour être jugé.
Certains viendront par amour. Le lendemain, aux portes de la ville, ils décriront ta grandeur, ta sagesse et ton équité même si tu prends une décision qui ne leur est pas favorable. D’autres viendront par orgueil. Ils afficheront dans leur demeure le parchemin royal montrant que tu as écouté leur demande, quitte à devoir masquer ta réponse si elle n’était pas celle qu’ils espéraient. »

« Ainsi donc, Majesté, seuls les courtisans cherchent et provoquent les décisions royales qui leur sont favorables. Votre peuple ne recherche pas la décision du roi, il cherche simplement sa présence. »

 

Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *