Pensées vagabondes… 51. L’inondation

Le royaume était inondé.

De vieux esclaves égyptiens regardaient l’étendue des eaux qui leur rappelaient les temps lointains de leur jeunesse le long du fleuve d’Egypte et promettaient au royaume d’excellentes récoltes pour cette année.

Les philosophes moraux se réjouissaient de cette épreuve au cours de laquelle les plus belles vertus humaines pourront se répandre comme l’eau, rendant obligatoire l’entre-aide entre les hommes, et cet épisode sera donc salutaire pour l’enseignement du peuple. Et ils trouvaient
toute autre explication immorale.

Les philosophes naturels démontraient que cet épisode exceptionnel, s’il n’était pas prévisible, était récurrent dans son occurrence car il faut bien que les cas exceptionnels arrivent pour que les moyennes se tiennent dans leur ensemble, car toute autre explication serait naturellement contre-nature.

Le prêtre s’insurgea contre l’impiété des hommes, et en particulier des femmes, impiété qui était montée jusqu’au ciel et avait provoqué la colère de Dieu.

Le fou pensait que l’inondation était due à l’excès de pluie des dernières semaines, mais personne n’aurait pu croire cela.

 

Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *