Pensées vagabondes… 94. Le cycle des poussières

L’enfant observait la licorne qui approchait de lui en agitant la crinière.

De la crinière s’échappaient des étoiles qui rejoignaient leurs sœurs, très haut dans le ciel, pour éclairer les ténèbres.

Certaines étoiles brillaient plus fort que d’autres, certaines brillaient longtemps, d’autres s’éteignaient rapidement et devenaient des astres invisibles dans les ténèbres.

En profitant de la lumière d’étoiles nouvelles, certains astres trouvaient leur chemin pour revenir sur la terre où ils se dispersaient en une poussière fertile. Et la poussière faisait grandir les plantes du jardin, très haut vers la lumière.

Et la sagesse de la licorne se nourrissait de celle des astres qui avaient passé beaucoup de temps, très loin dans les ténèbres, là où les pensées secrètes des hommes les avaient couvertes de leurs poussières.

 

Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *