Pensées vagabondes… 60. H2O

Aujourd’hui, je lâche deux eaux et je dirai même plus

De l’oreiller de vagues rêves ailés,
A l’eau rayée de vagues révélées,
L’opposé, l’oppressé et l’opprimé débattent.

L’automne aux orages du soir,
L’orage de se mouiller pour rien,
Mais l’Orient nous consolera,
Et l’auberge, sera un refuge.

L’autour se dresse au centre quand notre milieu nous entoure.
Et il faut voir l’aubaine, dédaignée sans oraison.

L’offusqué loquet fermé,
Mais l’Odyssée voyage,
Mais l’eau dit ses voyages,
Mélodies et voyages.

 

Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *