Pensées vagabondes… 66. Le puit du fou

Dieu avait parlé d’un ton sec et la pluie avait cessé de tomber.

En quelques mois, les rivières furent au plus bas. Le bétail et leurs gardiens se disputèrent les dernières flaques jusqu’à leur assèchement.

Seul, le puit du fou ne manquait pas d’eau et tous les villageois des environs y venaient remplir de grandes outres qu’ils ramenaient chez eux sur des mules pour les besoins des hommes et du bétail.

Voyant cela, l’Economiste prit à part le fou, que toute cette activité amusait : « Tu pourrais faire fortune avec ce puit, et moi aussi si tu veux me faire confiance. Je t’achète ce puit pour trois talents d’or, ce qui fera ta fortune. Ensuite, je ferai payer aux villageois deux drachmes par outre qu’ils empliront et comme expliqué dans le Manuel d’Economie que j’ai écrit, chaque mois amortira un cinquième du prix d’achat en laissant un bénéfice du double.
— C’est quoi, un cinquième ?
— C’est une division, un tout nouveau concept économique qui permet de prévoir les bénéfices de manière précise, prévisible et totalement fiable. Je te laisse le Manuel d’Economie, étudies le soigneusement pendant que je prépare un contrat. »

Le fou ne savait pas ce qu’est un contrat mais il ne put le demander car l’Economiste était déjà parti vers son écritoire. Le fou vit que le Manuel d’Economie comprenait de nombreuses pages écrites avec soin en respectant la forme des lettres et l’espacement des lignes. Rassuré, il ferma le livre.

L’Economiste revint en apportant deux parchemins soigneusement roulés, de la cire et son sceau. Mais le fou ne lut pas les parchemins et proposa de faire un essai gratuitement pendant un jour ou deux.

L’Economiste fit remplir six outres qui rapportèrent douze drachmes et le puit s’assécha. Déçus, les villageois s’éloignaient mais le fou leur ordonna d’attendre quelques minutes sous un arbre, puis il prit à part l’Economiste.

Il lui tendit le Grand Livre du Fou, dont toutes les pages étaient blanches et qui ne contenait aucun mot : « Peux-tu me montrer dans ce livre où m’est donné le droit de faire payer aux hommes ce que je reçois gratuitement ? »

L’Economiste ne put répondre car déjà, le fou était parti rejoindre les villageois sous leur arbre. Le fou rendit les douze drachmes et les villageois finirent de remplir leurs outres, en se demandant bien pourquoi seul ce puit-là donnait encore de l’eau alors que tous les autres
dans la région étaient à sec.

 

Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *